Grodrogodro ou koba

Grodrogodro ou koba

Godrogodro ou koba ? Rassurer vous je ne suis pas encore devenu fou. Je ne sais pas si les godrogodro sont aussi célèbre que les koba à Madagascar. Mais en tout cas je suis certain que la majorité des Tananarivien n’ont pas au menu du godrogodro, ni chez les marchands et encore moins chez eux. Comme je vous ai dit tout à l’heure le koba a du succès à la capitale. Tous les tananariviens connaissent les koba de faravohitra mais pourquoi il n’y a-t-il pas de godrogodro qui soit aussi célèbre ? Pourtant ce dernier n’a rien à envier aux koba. Peut-être est-ce parce que cette délicieuse « pâtisserie » a vu le jour sur les côtes de la grande île. Même si il n’est pas totalement absent de certain marchand de rue mais on le voit rarement là où les tananariviens devrait vraiment en consommé. A côté des mokary, des mofo gasy, des mofos akondro ainsi de suite. Pour leur défense  même les koba n’y sont pas. C’est vraiment dommage parce qu’il y a beaucoup d’argent à se faire. Mais ce n’est que mon humble avis. Ce que je trouve encore plus dommage c’est le fait que ça ne soit pas institutionnalisé. C’est vrai rien n’empêche de créer une petite entreprise qui pourrait se spécialiser dans la vente de ces produits-là. Après tout n’est pas comme cela qu’à commencer les plus grandes entreprises qui sont partout dans le monde. L’art culinaire est une part très importante dans la culture d’un pays et dans ce sens Madagascar est riche de recettes. Revenant à nos moutons, les godrogodro si je ne dis pas n’importe quoi sont fait avec des ingrédients présent à Madagascar, le riz par exemple. Il est cuisiné avec des marmites traditionnelles : une vraie cuisine malagasy. Ce que devrait apprécier  la grande majorité car nous savons les malagasy tiennent à conserver certaines manière de faire ou de penser. Vous vous demandez sûrement mais quand est ce qu’on pourrait en manger. Je conçois que ce n’est pas quelques qu’on a l’habitude de consommer en grande quantité ni quotidiennement ni même lors de grand évènement pour la majorité des tananariviens. Mais qu’à cela ne tienne les évènements ce n’est pas ça qui manque dans l’année. Les anniversaires par exemple, il y en a tous les jours non ? Au lieu de faire des gâteaux comme on le fait d’habitude. On pourra toujours faire des gâteaux avec du koba (ce que l’on fait déjà) mais justement avec des godrogodro. Puis vint le mois de décembre et avec lui les cadeaux, les boules de décorations, les guirlandes, les sapins de Noël et bien sûr les nourritures en tout genre. Quel meilleur moment de l’année pour remettre au goût du jour ce délicieux « gâteau » presque oublié par la grande partie de la population qui vit à Antananarivo. Finalement le godrogodro, cette  pâtisserie fait de riz, de sucre et de coco ; fierté de la cuisine malagasy est peut être victime de la mondialisation. A nous de remettre cette recette au goût du jour.

Landry