L’aubergine ou le baranjely de Madagascar

L’aubergine ou le baranjely de Madagascar

L’aubergine ou le baranjely de Madagascar .Grâce à sa texture et à sa saveur, l’aubergine de Madagascar est un des légumes les plus appréciés des personnes qui veulent réduire leur consommation de viande. On en fait des purées qui sont parfaites pour la boîte à lunch. Elle est indispensable à la ratatouille qui se consomme autant froides que chaudes. A la récolte, une aubergine pèse en moyenne 225g. Celles que l’on consomme le plus souvent ont une peau violette brillante et une chair blanche moelleuse. L’aubergine  de Madagascar est riche en antioxydants. La plupart de ces antioxydants se trouvent dans la peau de l’aubergine grâce à sa terre, c’est pourquoi il faut la consommer avec sa peau. Concernant ses valeurs nutritionnelles, l’aubergine de Madagascar est riche en nutriments (Protéines, Lipide, Glucides, Eau, Fibres, Vitamine C, Vitamine B, Vitamine B6, Potassium, Phosphore, Magnésium.

Mais pourquoi faut-il manger l’aubergine ou le baranjely de Madagascar ?

Les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement. L’aubergine est considérée comme ayant un potentiel antioxydant élevé et on commence à en analyser les bienfaits potentiels. Les acides phénoliques sont l’une des principales classes d’antioxydants de l’aubergine, dont le plus abondant est l’acide chlorogénique. L’aubergine, particulièrement si sa peau est foncée, est également riche en pigments antioxydants de la catégorie des anthocyanines. L’aubergine crue est une source de manganèse pour l’homme et la femme, tandis que l’aubergine bouillie en est une source pour la femme seulement. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres. L’aubergine de Madagascar est une source de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres. L’aubergine de Madagascar bouillie est une source de vitamine B1. Appelée aussi thiamine, la vitamine B1 fait partie d’un coenzyme nécessaire à la production d’énergie principalement à partir des glucides que nous ingérons. Elle participe aussi à la transmission de l’influx nerveux et favorise une croissance normale. L’aubergine bouillie est une source de vitamine B6. Aussi appelée pyridoxine, la vitamine B6 fait partie de coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la synthèse (fabrication) des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et elle collabore au bon fonctionnement du système immunitaire. Cette vitamine joue enfin un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux.

Mais il ne faut pas ce venter, chaque aubergine n’est pas parfaite. La peau doit être lisse et brillante, les sépales doivent être bien verts et épineux, et adhérer à la peau. Éviter les fruits dont la peau est fripée et dont la couleur est mate et tire sur le brun. La chair risque alors d’être amère, fibreuse et de contenir beaucoup de graines.

Il existe une multitude de variétés d’aubergines à Madagascar  dont la taille varie du petit pois au melon, et la couleur, du blanc au pourpre, en passant par le vert, le jaune et l’orange. Il se pourrait que, dans un proche futur, s’ajoutent à cette riche gamme des fruits venus d’Afrique, où l’on consomme également les feuilles de nombreuses variétés.